Les textes originaux de l’Ancien et du Nouveau Testament nous sont-ils parvenus purs et non corrompus ? Nous affirmons. [SAINTES-ECRITURES Q10 Turretin]

DIXIÈME QUESTION : LA PURETÉ DES SOURCES

 

Les textes originaux de l’Ancien et du Nouveau Testament nous sont-ils parvenus purs et non corrompus ? Nous affirmons contre les papistes.

 

1.Situer la question.

 

I. Cette question se situe entre nous et les papistes qui parlent contre la pureté des sources afin d’établir plus facilement l’autorité de leur version de la Vulgate et de nous conduire au tribunal de l’Eglise.
II. Par textes originaux, nous n’entendons pas les autographes écrits de la main de Moïse, des prophètes et des apôtres, qui n’existent certainement pas encore. Nous voulons dire leurs apographes qui sont ainsi appelés parce qu’ils nous présentent la parole de Dieu dans les paroles mêmes de ceux qui ont écrit sous l’inspiration immédiate de l’Esprit Saint.
III. La question n’est pas de savoir si les sources sont si pures qu’aucune faute ne s’est glissée dans les nombreux manuscrits sacrés, que ce soit par la perte de temps, la négligence des copistes ou la malice des juifs ou des hérétiques ? Car cela est reconnu des deux côtés et les différentes lectures que Beza et Robert Stephanus ont soigneusement observées dans le grec (et les juifs dans l’hébreu) le prouvent clairement. La question est plutôt de savoir si les textes originaux (ou les manuscrits hébreux et grecs) ont été tellement corrompus par les copistes par négligence (ou par les juifs et les hérétiques par malice) qu’ils ne peuvent plus être considérés comme le juge des controverses et la règle à laquelle toutes ces versions doivent être appliquées ? Les papistes affirment, nous le nions.
IV. Cependant, tous les papistes ne sont pas d’accord. Il y en a qu’ils appellent « Hébreux » qui ont reconnu la pureté des sources et l’ont défendue ouvertement (comme Sixtus Senensis, Bibliotheca sancta 8[1575], 2:314-19 ; Bannes, Scholastica commentaria in… Summae Theologicae[1585], I, Q. 1, Art. 8, 1:69, 70, 72 ; Andradius, Defensio Tridentinae fidei catholicae 4[1580], pp. 574-709 ; Driedo, « De ecclesiasticis scripturis et dogmatibus », 2 dans Opera[1572], 1:23-62 ; Arias Montanus, « Praefatio », Biblia sacra Hebraice, Chaldaice, Graece et Latine[1572], vol. 1 ; Joannes Isaacus, Defensio veritatis Hebraicae sacrarum …. adversus … Lindani[1559] ; Bonfrerius, Pentateuchus Moysis Commentario… totius Scripturae 12.5[1625], p. 43 ; Simeon de Muis, « Epistola », Assertio veritatis Hebraicae adversus exercitationes… Ioannis Morini[1631] et beaucoup plus). D’autres, au contraire, insistent avec véhémence sur la corruption des sources : Stapleton, Lindanus, Cano, Cotton, Morinus, Perronius, Gordon, etc. D’autres, refusant d’affirmer que les sources sont corrompues, prennent un terrain d’entente et soutiennent que ce n’est pas une conséquence de cette pureté et de cette intégrité que toutes les choses dans les versions doivent être testées et modifiées par elles. C’est l’opinion de Bellarmine (VD 2.2, pp. 62-65) qui à ce sujet comme à d’autres n’est pas du tout cohérente avec lui-même.

 

2.La providence de Dieu prouve que les sources n’ont pas été corrompues.

 

V. Les arguments suivants prouvent que les sources n’ont pas été corrompues. (1) La providence de Dieu qui ne pouvait pas permettre que les livres qu’il voulait écrire par inspiration (theopneustois) pour le salut des hommes (et pour continuer jusqu’à la fin du monde afin qu’ils puisent en eux les eaux du salut) soient corrompus au point de les rendre impropres à ce but. Et puisqu’il ne faut pas s’attendre à de nouvelles révélations (après que Dieu a consigné dans les Écritures toute sa volonté concernant la doctrine du salut), quoi de plus désobligeant pour Dieu (qui a promis sa présence constante avec l’Église) que d’affirmer qu’il a laissé les livres contenant cette doctrine devenir si corrompus qu’ils ne peuvent servir de canon de la foi ? (2) La fidélité de l’Eglise chrétienne et le travail incessant pour la conservation des manuscrits ; car puisque les chrétiens ont toujours travaillé avec un grand zèle pour garder ce dépôt sacré intact, il n’est pas crédible qu’ils le corrompent eux-mêmes ou le laissent être corrompus par d’autres. (3) La religion des Juifs qui ont accordé aux manuscrits sacrés beaucoup de soin et de travail, ce qui équivaut même à de la superstition. C’est pourquoi Josèphe dit qu’après l’écoulement des âges, personne n’a osé ni ajouter, ni enlever, ni modifier les livres particuliers des Juifs à quelque titre que ce soit, et qu’ils pensent que c’est un honneur de mourir pour les Écritures (Contre Apion 1*.42[Loeb, 1:180-81]). Philon, dans son livre sur le départ des Israélites d’Egypte (cité par Eusèbe, Préparation à l’Evangile 8.6.357c[ed. Gifford, 1903], 1:387) va plus loin, affirmant que « même jusqu’à son temps, dans un espace de plus de deux mille ans, pas un mot ne fut changé dans la loi hébraïque et que tout juif préfère mourir cent fois, que subir le moindre changement dans la loi ». Ils portent leur superstition ridicule concernant le manuscrit sacré à une telle longueur que si un livre corrigé de la loi tombait sur le sol, ils proclamaient un jeûne et exprimaient leurs craintes que l’univers entier reviendrait à son chaos originel, à tel point qu’ils étaient loin de corrompre les manuscrits. (4) La prudence des Masoretes non seulement sur les versets et les mots, mais aussi sur les lettres simples (qui, avec toutes les variations de ponctuation et d’écriture, non seulement ont compté, mais aussi écrit, de sorte qu’aucun motif ou même la suspicion de corruption pourrait surgir). Arias Montanus utilise cet argument dans la « Praefatio » de sa Biblia sacra Hebraice, Chaldaice, Graece et Latine (1572), vol. 1. (5) La multitude de copies ; car, comme les manuscrits étaient éparpillés partout, comment pourraient-ils tous être corrompus par l’insouciance des bibliothécaires ou la méchanceté des ennemis ? Augustin dit : « Aucun homme prudent ne peut croire que les Juifs, aussi pervers et méchants qu’ils soient, puissent le faire, dans des copies si nombreuses et si largement diffusées » (CG 15.13*[FC 14:440 ; PL 41.452]). Vives a dit que cela devrait être la réponse à ceux « qui prétendent que les manuscrits hébreux de l’Ancien Testament et les manuscrits grecs du Nouveau Testament ont été tellement falsifiés et corrompus qu’il est impossible de tirer la vérité de ces sources » (Saint Augustin, de la Cité de Dieu avec… commentaires de… Vives[1620], p. 519).
VI. (6) Si les sources avaient été corrompues, cela doit avoir été fait avant ou après le Christ, ce qui n’est pas vrai. Pas avant, parce que le Christ ne l’aurait pas fait passer en silence (car il censure les différents écarts de doctrine), et qu’il n’aurait pas supporté d’utiliser des livres corrompus. A-t-il ignoré le salut de son peuple jusqu’à un point tel qu’il ne voulait ni lui-même, ni par l’intermédiaire de ses apôtres, ni par une parole que les livres de Moïse et des prophètes auraient été falsifiés ; pendant ce temps il convainc les Juifs de ces mêmes livres (mais dans quel but, si ceux-ci avaient été corrompus et faux ?), invite ses disciples à les lire et les chercher ? Pas par la suite, à la fois parce que les copies circulant parmi les chrétiens auraient rendu de telles tentatives futiles, et parce qu’aucune trace d’une telle corruption n’apparaît. Car si cela avait été le cas, pourquoi trouvons-nous les passages que le Christ et les apôtres ont cités de Moïse et des prophètes de la même manière qu’alors et en aucune façon corrompus ? Pourquoi Origène et Jérôme, éminents érudits, absoudent-ils si explicitement les Juifs de ce crime ? Par conséquent, si aucune corruption n’a eu lieu avant ou après le temps du Christ, elle n’a jamais eu lieu (l’argument suit Bellarmine, VD 2.2, pp. 62-65).
VII. (7) Les Juifs ne voulaient ni ne pouvaient corrompre les sources. Un examen des passages de l’Écriture montre qu’ils n’étaient pas disposés (en plus de leur religion dont nous avons parlé). S’ils avaient voulu corrompre quoi que ce soit, ils auraient par tous les moyens trafiqué les prophéties qui parlent du Christ et confirment la foi des chrétiens. Car qui peut croire qu’ils auraient falsifié (si, comme on le suppose, ils l’avaient fait par la haine envers les chrétiens) ces passages dont ils ne pouvaient tirer aucun avantage contre les chrétiens et laissé intacts ceux sur lesquels les chrétiens (en tant qu’immuables) construisent le fondement de la vérité évangélique ? L’affaire est ainsi faite : quels que soient les passages que l’on dit avoir été corrompus par les juifs, opposez-vous peu ou pas du tout aux chrétiens ; et les prophéties les plus importantes concernant le Christ restent complètes et sont beaucoup plus claires et emphatiques (emphatikōtera) en hébreu que dans les « versions » (comme Jérôme, Lettre 32[74], « Ad Marcellam »[NPNF2, 6 :45-46], Johannes Isaacus, Defensio Veritatis Hebraicae sacrarum …. adversus … Lindani 2[1559], pp. 61-122 et Andradius, Defensio tridentinae fidei catholicae 2[1580], p. 167-460). Qu’ils ne pouvaient pas le faire, même s’ils l’avaient fortement désiré, non seulement la multitude d’exemplaires le prouve, mais aussi la vigilance des chrétiens dont les exemplaires ne pouvaient corrompre tous les juifs ensemble. La sagesse providente de Dieu (qui ne laissera pas passer un seul mot ou un seul titre de la loi jusqu’à ce que tout soit accompli, Mt. 5:18) a beaucoup moins permis que le corps de la doctrine céleste soit affaibli par les Juifs et qu’un si grand trésor soit emporté. Il souhaitait plutôt, comme le fait bien remarquer Bellarmin, « dans ce but même de disperser les juifs dans le monde entier, les livres de la loi et les prophètes, afin que nos ennemis puissent témoigner de la vérité du christianisme » (VD 2.2, arg. 5, p.63). C’est pourquoi Augustin appelle les Juifs  » une nation de bibliothécaires, portant comme porteurs la loi et les prophètes comme esclaves portent habituellement des manuscrits, afin qu’en les portant ils soient déficients et que ceux-ci en les lisant soient compétents ; car les Juifs nous servent comme esclaves et amanuenses, portant les livres pour nous, les étudiants  » (cf. Réponse à Faustus le Maniaque 12*.23[NPNF1, 4:191 ; PL 42.266] ; Psaume 57[56].7[9][NPNF1, 8:227 ; PL 36.666] ; Psaume 41[40].13[14][NPNF1, 8:132 ; PL 36.463]) ; « ennemis de cœur, témoins dans les livres » comme il l’exprime ailleurs (De la foi aux choses invisibles 6.9[FC 4:467 ; PL 40.179]).

 

3.Sources d’explication.

 

VIII. Bien que diverses corruptions se soient glissées dans les manuscrits hébraïques à cause de la négligence des transcripteurs et de la perte de temps, elles ne cessent d’être un canon de foi et de pratique. Car en plus d’être dans des choses de peu d’importance et qui ne concernent pas la foi et la pratique (comme le confesse Bellarmin lui-même et qui, de plus, n’affectent pas l’intégrité des Ecritures, VD 2.2, pp. 62-65), elles ne sont pas universelles dans tous les manuscrits ; ou elles sont telles que ne peuvent être facilement corrigées par une compilation des Ecritures et les divers manuscrits.
IX. La haine des juifs envers les chrétiens pourrait en effet être la cause lointaine de la corruption des sources, mais elle pourrait être entravée par une autre cause supérieure (à savoir la providence de Dieu qui avait la même référence prospective aux chrétiens concernant la règle sûre de foi qu’aux juifs, afin que l’évangile puisse se construire sur une base indubitable). Cela n’aurait pas été possible s’il avait souffert que les sources soient corrompues.
X. La différence entre la Septante et le texte original ne signifie pas que le texte est corrompu, mais plutôt que la version est fautive. Jérôme le reconnaissait déjà en son temps : Praefatio … in Pentateuchum Moysi*, d’après « Hieronymi Prologus Galeatus » dans Biblia Sacra Vulgatae Editionis Sixit V … et Clementis VIII (1865), p. xlviii;’Praefatio… in librum Paralipomenon Praefatio’, tiré de « Hieronymi Prologus Galeatus » dans Biblia Sacra Vulgatae Editionis Sixti V … et Clementis VIII (1865), p. xlix ; et Lettre 106, « Ad Suniam et Fretellam » (PL 22.838). Bellarmine dit que la Septante a été tellement corrompue et falsifiée qu’elle semble complètement différente, de sorte qu’il n’est plus possible de corriger les textes hébreux ou latins des manuscrits grecs (VD 2.6, pp. 68-71).
XI. Jusqu’à présent, les keri et les kethib (qui sont au nombre de 848) ne corrompent pas le texte, au contraire, ils montrent plutôt les différentes lectures des copies par lesquelles toutes les corruptions des mains ultérieures sont exclues. Il en va de même pour le chasir et le jother, qui marquent des défauts grammaticaux ou des redondances. De là se manifeste le désir superstitieux des Masoretes de préserver le texte, de ne pas le corrompre, même au plus petit degré.
XII. Les sopherim tikkun (ou corrections des scribes) qui ne sont que dix-huit, n’impliquent pas qu’il y a eu corruption dans le texte. Autrement Christ (s’ils avaient été faits avant son temps) ou les pères orthodoxes (s’ils l’avaient été après son temps) ne les auraient pas laissés passer sans censure. Ce ne sont pas non plus des corrections nécessaires (comme le lecteur peut le voir), mais plutôt des lectures de choix. Ce ne sont pas tant des changements de sens que des changements de paroles, effectués soit par les hommes de la grande synagogue (dont Esdras, inspiré de Dieu[theopneustos] était le chef, qui après le retour de la captivité babylonienne restaura entièrement les copies des livres sacrés qui avaient été dispersés ou corrompus et disposés dans leur ordre actuel) ; soit par les auteurs eux-mêmes (qui après les corrections faites dans le texte par les rhétoriciens). Mais qu’ils ne soient pas tous nécessaires, la chose elle-même le prouve parce que le sens est complet, les mots du texte étant retenus ; voir Glassius, Philologia sacra (1713), 1, « Tractatus 1 : De integritate and puritate Hebraei V. Test », pp. 1-174.
XIII. La similitude de certaines lettres aurait pu être l’occasion d’erreurs dans les différents manuscrits par négligence de la part des transcripteurs, mais elles n’auraient pas pu être universelles au point de ne pas être détectées par les autres, surtout après le travail des Masoretes, qui numérotaient non seulement les mots, mais aussi les lettres aussi souvent qu’elles apparaissent dans le texte.
XIV. Jusqu’à présent, le travail des Masoretes est loin d’être une preuve de la corruption des sources qui, au contraire, était destinée à se prémunir contre les erreurs, de sorte que même un petit point ne pouvait être modifié ou détruit par la suite.
XV. Bien que l’apôtre rende par phthongon (Rom. 10:18) ce qui est exprimé par qvm (Ps. 19:4[5]), il ne s’ensuit pas que le texte hébreu est incorrect et que qvm (« leur ligne ») est mis au lieu de qvlm (« leur voix » ou « bruit »). Car qv signifie non seulement une ligne étendue ou perpendiculaire, mais aussi une ligne écrite ou une lettre par laquelle les garçons apprennent leurs éléments. Dans Ésaïe 28,10, ce mot est utilisé pour désigner l’enfance sans instruction du peuple d’Israël où le prophète dit que ce peuple doit être enseigné « précepte après précepte, et ligne après ligne » comme des enfants. Ainsi le psalmiste dit : « Le jour enseigne le jour et la nuit à la nuit, la connaissance se manifeste » (Ps 19,2). Or phthongos ne répond pas indûment à ce mot, car il est pris non seulement pour le son mais aussi pour l’écriture d’une lettre, tout comme on parle de diphtongue écrite et de voyelle. De plus, Paul ne cite pas ce passage comme une preuve, mais seulement allusivement et par anagoge l’adapte à la prédication de l’évangile par les apôtres, en tenant compte du sens plutôt que des paroles.
XVI. La corruption des mots est différente de la mauvaise interprétation. Les Juifs ont mal interprété Ésaïe. 9:6 (5), afin que les mots vykr’shmv ( » et il appellera son nom « ) fassent référence au père qui appelle, et non au Christ qui est appelé. Mais ils n’ont pas modifié les mots, car qu’ils soient pris passivement ou activement, ils en arrivent à la même chose. Selon l’idiome hébreu, le futur actif sans sujet a souvent une signification passive ; comme Ribera, In librum duodecim prophetarum Commentarii (1611), p. 303 (sur Mic. 2, par. 17). Ainsi, les verbes de la troisième personne pris impersonnellement peuvent être traduits maintenant activement et ensuite passivement. C’est pourquoi la lection hébraïque (« et il appellera son nom ») ne doit pas être modifiée, mais doit être expliquée en fournissant le sujet ; non pas Dieu le Père (selon les Juifs), mais tout le monde (c’est-à-dire les croyants) doit appeler son nom (le Christ) ; et pour des raisons de clarté il doit être pris passivement, « son nom doit être appelé ». Ainsi aussi en Jr. 23:6, il y a une différence dans l’interprétation. Pas au singulier (« il l’appellera »), au nominatif précédant Israël et Juda (comme le dit la Septante), ni au pluriel (« ils appelleront ») comme le traduisent Pagninus, Vatablus et Arias Montanus après les versions chaldéenne, syriaque, arabe et vulgaire. Jérôme conserve les deux lectures (« il » et « ils appelleront ») (Commentaireariorum in Jeremiam[PL 24.820] sur Jér. 23:6). Aucun des anciens ne dirait non plus que cela a été corrompu.
XVII. Dans Gen. 49:10, les trois targums d’Onkelos, de Jérusalem, de Jonathan et de Kimchi comprennent shylh du Messie. Il est évident que les Juifs n’ont pas corrompu ce passage pour prouver que le Messie n’était pas encore venu. D’ailleurs, le nom shylh qui est attribué au Messie dans le Talmud (BT[1935], « Sanhedrin », 2 :667) n’est pas moins opposé aux juifs et indicatif du Christ que le mot shylh (« envoyé »), qu’ils maintiennent comme la vraie lecture, qu’il soit dérivé de shylh, qui signifie « un fils » ; ou de shlh qui signifie « paisible » ; ou comme le dit la Septante (et plus justement pour’shr lv, hō apokeitai, « auquel le royaume appartient ») comme on trouve une phrase semblable dans Ezk. 21:27*.
XVIII. Zacharie 9:9 n’a pas été trafiqué, quand il est prédit du Messie qu’il sera roi, juste et nvsh’. Cette parole peut être prise soit passivement (pour indiquer qu’il devait être sauvé de la mort, comme le dit l’apôtre dans Hébreux 5:7) ; soit qu’il devait se sauver lui-même (comme dans Is 63:5*) ; soit comme déposant, elle peut être utilisée activement, dont de nombreux exemples sont rencontrés en hébreu ; comme nshb’ (« il a juré »), nsl (« il méprisé »). Ce sera donc un participe signifiant la même chose que mvshy’ (« libérateur », « sauveur »).
XIX. Bien que le séjour des enfants d’Israël en Egypte (Ex. 12:40) aurait été de 430 ans (ce qui ne peut être compris du temps passé en Egypte seulement, qui n’était que de 215 ans ; mais concernant le temps passé en terre de Canaan et en Egypte, comme l’expliquent les textes parallèles samaritains et grecs), les manuscrits hébreux ne doivent pas être déclarés corrompus pour les raisons suivantes. Il est introduit par voie de synecdoque (ne mentionnant que l’Egypte) car il s’agit de l’exil le plus remarquable des Israélites, la dénomination étant faite à partir de cette lettre.
XX. Il n’y a pas de versets omis dans Ps. 14(15), car ceux cités dans Rom. 3:11-18 ne sont pas tirés de ceci par l’apôtre, mais recueillis dans de nombreux Psaumes (comme dans Ps. 5:9, 10[11]:7, 36:1, 140:3 et Est. 59:7, 8, que Jérôme mentionne « Préface » dans le Livre 16, Commentariorum en Isaïe[PL 24.547]).
XXI. Il n’y a pas de corruption dans le texte grec de 1 Cor. 15:47, mais seulement dans la Vulgate. Ce dernier omet le mot Kyrios (qui se réfère ici au Christ pour montrer que le Seigneur est Jéhovah, et non un simple homme). Ainsi l’antithèse du premier et du second Adam devient beaucoup plus forte : « le premier homme est de la terre, terrestre ; le second homme est le Seigneur du ciel ».
XXII. Bien que la doxologie (doxologia) qui apparaît à la fin du Notre Père (Mt 6,13) ne se trouve ni dans Luc 11, ni dans les diverses copies, il ne s’ensuit pas que le passage soit corrompu parce que notre Seigneur a peut-être proposé deux fois la même forme de prière : d’abord dans l’instruction privée de ses disciples sans elle et ensuite à une foule promiscuelle où il l’a ajoutée. Il n’est pas inhabituel non plus qu’un évangéliste omette ce qu’un autre évangéliste a mentionné, puisqu’il n’a pas jugé nécessaire de tout consigner, comme par exemple Mt 6,33 a « cherché le royaume de Dieu et sa justice », mais Luc 12*,31 simplement « chercher le royaume de Dieu ». Il ne faut donc pas effacer, mais fournir de Matthieu ce que Luc a omis, puisque tous deux ont été inspirés (théopneustos), surtout que la forme complète existe dans toutes les copies grecques de Matthieu, selon Erasme et Beza.
XXIII. Bien que dans certains manuscrits, nous lisions kairō douleuontes ( » temps de service « , Rom. 12:11), il n’apparaît pas dans tous. En effet, Franciscus Lucas dit qu’il a vu six manuscrits dans lesquels le mot Kyriō apparaît. Beza affirme qu’il en est ainsi dans tous les manuscrits les plus approuvés (Annotationes maiores in Novum… Testament : Pars Altera[1594], p. 133 sur Rom. 12:11) et Dominic de Soto observe que c’est la lecture universelle en grec et en latin.
XXIV. Il est vrai que toutes les copies grecques diffèrent du latin en 1 Jean 4.3, car là où les Grecs ont « tout esprit qui ne confesse pas que Jésus Christ est venu dans la chair », le latin dit « tout esprit qui renie Jésus ». Pourtant, il ne s’ensuit pas que les sources sont corrompues parce que la lecture grecque est à la fois plus majestueuse et beaucoup plus forte contre les nestoriens et les eutychiens.
XXV. Une corruption diffère d’une variante de lecture. Nous reconnaissons que de nombreuses variantes de lecture se produisent dans l’Ancien et le Nouveau Testament à la suite d’une comparaison de différents manuscrits, mais nous nions la corruption (au moins la corruption qui est universelle).
XXVI. C’est une chose de parler des tentatives des hérétiques de corrompre certains manuscrits (ce que nous permettons volontiers). Ils ont donné lieu aux plaintes des pères, en ce qui concerne Marcion (Irénée, Contre les hérésies 1.27[ANF 1:352]) ; et Origène sur Rom. 16:13 (Commentariorum … ad Romanos[PG 14.1271]) ; et Théodoret de Cyrrhus concernant Tatian (Haereticarum fabularum compendium [PG 83.370-71]). C’est tout autre chose de parler de leur succès ou de la corruption universelle. Nous le nions, à la fois à cause de la providence de Dieu, qui ne leur a pas permis de réaliser leur intention, et à cause de la diligence des pères orthodoxes, qui avaient en leur possession divers manuscrits pour les préserver de la corruption.

Turretin.