Encouragement à la prière avec Rosalind Goforth (1).

« J’aime le Seigneur, car il a entendu ma voix
et mes supplications« . -Psaume 116:1

Quand j’étais un tout petit enfant, si jeune que je ne me souviens de rien plus tôt, un violent orage est passé sur notre maison. Terrifiée, j’ai couru vers ma mère, qui a rassemblé mes mains et les a pointées vers le haut, en répétant un mot encore et encore : « Jésus ».

Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis ce jour, mais l’impression qui a été laissée à mon esprit enfantin d’un Être invisible mais capable d’entendre et d’aider n’a jamais été effacée.

Mes souvenirs les plus précieux de ma petite enfance sont associés aux histoires que m’a racontées ma mère, dont beaucoup illustrent le pouvoir de la prière.

Dirigé par un oiseau.

L’une des choses qui m’a particulièrement marqué est celle de mon grand-père qui, petit garçon, est allé rendre visite à ses cousins dans le sud de l’Angleterre. Leur maison était située près d’une forêt dense, et un jour, lui et ses cousins, attirés par les belles fleurs sauvages, se sont perdus désespérément dans les bois. Après avoir essayé en vain de trouver une issue, l’aînée, une jeune fille, appela les petits effrayés et pleurant à se rassembler autour d’elle et leur dit : « Quand maman est morte, elle nous a dit de toujours dire à Jésus si nous avions des ennuis. Agenouillons-nous et demandons-lui de nous ramener à la maison ».

Ils se sont agenouillés et, tandis qu’elle priait, l’un des petits a ouvert les yeux et a vu un oiseau si près de sa main qu’il l’a pris dans ses bras. L’oiseau s’éloigna en sautant, mais il resta très près de l’enfant pour le guider. Bientôt, tous se joignirent à la poursuite de l’oiseau, qui volait juste au-dessus d’eux et sautillait sur le sol devant eux, parfois presque à portée de main. Puis, soudain, il s’est envolé et s’est éloigné. Les enfants ont levé les yeux pour se retrouver à l’orée du bois et en vue de la maison.

Avec de telles influences exercées sur moi à un âge impressionnable, il n’est pas surprenant que, même enfant, j’ai commencé à « dire à Jésus » quand j’étais en difficulté.

Rosalind Goforth

Servir Dieu et évangéliser en famille !

On lit la Bible en famille, on prie en famille, on loue en famille, on va dans son église locale en famille, pourquoi donc de tels freins nous animent ? Et pourquoi donc ne pas servir Dieu dans la société en famille ? Ou encore ? Évangéliser en famille !

Maintenant, craignez l’Eternel, et servez-le avec intégrité et fidélité. Faites disparaître les dieux qu’ont servis vos pères de l’autre côté du fleuve et en Egypte, et servez l’Eternel. Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Eternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel.Le peuple répondit, et dit: Loin de nous la pensée d’abandonner l’Eternel, et de servir d’autres dieux!
Jos 24.14-16

1.Oui moi et ma maison, nous servirons l’Eternel dans la société !

Pas seulement dans le lieu secret, pas seulement dans le cadre de l’églsie locale, nous servirons L’Éternel également dans notre société à l’image de la première mission d’Adam et Eve. Nous prendrons soin du jardin de la Terre ( le mandat culturel ). Car oui il est nécessaire d’employer nos dons et nos capacités, qui nous sont donnés, au bien de tous afin de Lui rendre gloire ! Oui nous pouvons tendre à créer des entreprises familiales et être pertinent dans le siècle présent, les 12 fils de Jacob n’étaient ils pas consacrés à des tâches précises ? Nous sommes leur descendants.

2.Oui moi et ma maison, nous servirons l’Éternel dans la rue !

Pas seulement dans la société par nos dons et nos dispositions façonnés par Dieu ! Mais également dans la proclamation de l’Evangile. Plutôt que d’enrôler le seul évangéliste de la famille ? Pourquoi ne pas le seconder dans sa tâche ? L’accompagner, faire un repas dans un parc, chanter, danser publiquement l’amour de notre Dieu pendant que ceux et celles ayant le désir inépuisable d’annoncer Christ aux nations, le fassent dans un cadre d’alliance, soutenu par les siens.
Pendant que maman s’occupera de bébé, papa ira raconter les bienfaits de Dieu et pendant que petit frère accompagnera papa, petite soeur priera pour l’action de Dieu à côté de maman.
Que de belles choses à vivre ensemble ! Là où on allait au cinema en famille pour passer un bon temps ? Nous passerons notre samedi à évangéliser.
Ainsi en rentrant à la maison, lorsqu’on fera notre temps autour de la Bible en famille, on pourra raconter ensemble les témoignages merveilleux que le Seigneur aura fait.

3.Énumération des biens faits de cette vision familiale :

1. Glorifier Dieu en famille en appliquant ses commandements.

2. Équiper la famille à passer du temps ensemble autour d’une bonne cause.

3.Initier les enfants à ne pas avoir honte de Dieu et à commencer dès leur jeune âge à témoigner de leur foi.

4. A voir la réalisation des prières, à expérimenter des témoignages ensemble.

5. Exercer sa foi de manière pratique en famille.

Ne faites pas les choses seul, faisons les choses, si on le peut, en famille.

I.O.

Un saint à l’extérieur et un démon à la maison.

Ce court texte de John Bunyan en dit long.

Qui es tu à la maison ?

Je vous en prie ! Que cette parole ne soit pas une occasion de régler nos comptes avec notre famille en Christ pour se charger de longues listes d’accusations. Que cette parole puisse simplement poser une question sérieuse à notre âme afin de se remettre en question.

Blaise Pascal nous prévient de cette même dérive en disant « qui fait l’ange fait la bête ».

Christ qualifie les pharisiens de sepulcres blanchis.

Soyons une race royale, sainte, en toutes occasions et premièrement ? Dans notre maison.