Encouragement à la prière avec Rosalind Goforth (1).

« J’aime le Seigneur, car il a entendu ma voix
et mes supplications« . -Psaume 116:1

Quand j’étais un tout petit enfant, si jeune que je ne me souviens de rien plus tôt, un violent orage est passé sur notre maison. Terrifiée, j’ai couru vers ma mère, qui a rassemblé mes mains et les a pointées vers le haut, en répétant un mot encore et encore : « Jésus ».

Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis ce jour, mais l’impression qui a été laissée à mon esprit enfantin d’un Être invisible mais capable d’entendre et d’aider n’a jamais été effacée.

Mes souvenirs les plus précieux de ma petite enfance sont associés aux histoires que m’a racontées ma mère, dont beaucoup illustrent le pouvoir de la prière.

Dirigé par un oiseau.

L’une des choses qui m’a particulièrement marqué est celle de mon grand-père qui, petit garçon, est allé rendre visite à ses cousins dans le sud de l’Angleterre. Leur maison était située près d’une forêt dense, et un jour, lui et ses cousins, attirés par les belles fleurs sauvages, se sont perdus désespérément dans les bois. Après avoir essayé en vain de trouver une issue, l’aînée, une jeune fille, appela les petits effrayés et pleurant à se rassembler autour d’elle et leur dit : « Quand maman est morte, elle nous a dit de toujours dire à Jésus si nous avions des ennuis. Agenouillons-nous et demandons-lui de nous ramener à la maison ».

Ils se sont agenouillés et, tandis qu’elle priait, l’un des petits a ouvert les yeux et a vu un oiseau si près de sa main qu’il l’a pris dans ses bras. L’oiseau s’éloigna en sautant, mais il resta très près de l’enfant pour le guider. Bientôt, tous se joignirent à la poursuite de l’oiseau, qui volait juste au-dessus d’eux et sautillait sur le sol devant eux, parfois presque à portée de main. Puis, soudain, il s’est envolé et s’est éloigné. Les enfants ont levé les yeux pour se retrouver à l’orée du bois et en vue de la maison.

Avec de telles influences exercées sur moi à un âge impressionnable, il n’est pas surprenant que, même enfant, j’ai commencé à « dire à Jésus » quand j’étais en difficulté.

Rosalind Goforth

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :