En quelle saison de l’année le monde a-t-il été créé ? Au printemps ou en automne ? [CRÉATION Q4 Turretin]

Quatrième question :
LA SAISON DE LA CRÉATION

En quelle saison de l’année le monde a-t-il été créé ? Au printemps ou en automne ?

I. Bien que cette question soit plutôt chronologique que théologique (et qu’on puisse donc parler à juste titre de questions problématiques), mais parce qu’elle a son propre usage dans les choses sacrées aussi, elle ne doit pas être omise ici.

II. Tous s’accordent à dire que le soleil a été créé par Dieu dans une partie fixe et définie du Zodiaque (c’est-à-dire soit dans l’un des équinoxes, qu’il soit vernal ou automnal), soit dans l’un des solstices (été ou hiver). Car bien que dans un cercle (et dans les mouvements circulaires des planètes), il n’y ait ni commencement, ni fin, ni fin, ni milieu, ni rien de défini et de fixe, mais par rapport à certaines parties et aux habitants de la terre, les parties zodiacales susmentionnées peuvent être correctement appelées déterminées et fixes pour divers usages dans la vie humaine.

III. Il y a donc eu diverses opinions parmi les savants concernant le moment de l’année où le monde a été créé. Certains font référence à la création du monde au solstice d’été ; d’autres, cependant, aux équinoxes. Gerhard Mercator et quelques autres se disputent le solstice d’été ; mais tout le corps des chronologues est en faveur des équinoxes, sinon pour les points, du moins pour les temps. Beaucoup se disputent le printemps, mais plus (et mieux) pour l’automne (comme Scaliger, Calvisius, Ussher, Torniellus, Petavius et d’autres, que nous suivons, s’appuyant principalement sur ces arguments).

Preuve que le monde a été créé à l’automne.

IV. (1) Le monde semble sans doute avoir été créé à cette époque de l’année où les Israélites ont commencé leur année civile en Egypte. Ils ont certainement suivi cette méthode de temps qu’ils avaient reçue de leurs pères et dans laquelle ils avaient été instruits par leurs ancêtres – Chem, Noé et les autres patriarches – jusqu’à Adam. Ce n’est pas à partir du printemps, mais à partir de l’automne, que l’on recueille à la fois en Ex 23:16 (où l’on dit que la fête de la récolte de tous les fruits des champs a été célébrée « à la fin de l’année »[bts’th hshnh]) et en Ex. 34:22 où la fête des Tentes est appelée une solennité qui doit être célébrée au septième mois, dans la révolution de l’année[bchqvphth hshnh] ou « l’année qui tourne »). Pour ce mois, on peut dire que Tishri (répondant à notre septembre ou octobre) ferme et ouvre l’année. Et le fait qu’on l’appelle « le septième mois » n’est pas une objection parce que la référence est évidemment au sacré et non à l’année civile. Nous savons qu’il y avait un double calcul de l’année chez les Juifs : un pour les choses civiles, l’autre pour les choses sacrées. Tishri, le premier mois de l’année civile, devint ensuite le septième de l’année sacrée à partir du moment où Dieu (en mémoire de leur délivrance d’Egypte) voulut que le mois Nisan (également en hébreu « Abib » répondant à notre mars et avril) soit le début de l’année sacrée (comme nous l’avons recueilli de « ce mois sera pour vous le début des mois : il ne doit être le premier mois de l’année »[Ex 12:2], ce qu’on entend par année sainte et choses divines). Pour ce qui est des choses civiles et politiques, le mois de Tishri est toujours resté le premier et à partir de ce moment, le début de l’année a été comptabilisé. Josèphe l’explique ainsi : « Moïse a compté Nisan, qui est Xanthique, le premier mois, parce qu’en lui il avait conduit les Hébreux hors d’Égypte ; il en a fait aussi le commencement de tout ce qui concerne les affaires divines ; autrement il n’a fait aucune innovation dans la dispensation restante de l’année » (AJ 1.81[Loeb, 4:36-39]).

V. (2) Il est confirmé par le temps du déluge, qui aurait commencé dans le deuxième mois (Gen. 7:11). Car puisqu’il est fort probable qu’il a été envoyé à un moment propice aux inondations (plutôt qu’à l’assèchement de la terre et aux tempêtes), il faut s’y référer au début de l’hiver plutôt qu’au printemps. Ainsi, le deuxième mois doit être calculé à partir de l’équinoxe d’automne et se référer au mois de novembre, et non au mois de novembre (selon lequel le déluge aurait commencé vers le printemps, aurait prévalu en été et aurait pris fin au milieu de l’hiver).

(3) Il aurait dû être créé en cette saison de l’année où l’année sabbatique juive et leur année de Jubilé a commencé (qui était l’automne). Pour les deux l’année sabbatique (qui était dans chaque septième année) et l’année du Jubilé (dans le cinquantième après sept fois sept) a commencé à l’automne après la récolte. C’est pourquoi Lévitique 25:9 dit que la trompette du Jubilé devait sonner le dixième jour du mois de Tishri. Ici nous devons ajouter (avec beaucoup d’autres) que la Fête des Trompettes a été célébrée en ce mois. Cela semble n’avoir été fait que parce qu’on leur rappelait alors la création qui s’était produite à ce moment-là.

VII. (4) Il y a encore des vestiges de cette opinion dans les synagogues juives (d’origine très ancienne). Car le dernier sabbat du mois de Tishri, le lectionnaire juif commence, dont le premier chapitre (appelé phrshhh) est le début du livre de la Genèse, à la fois parce qu’avec eux l’année commence à partir de ce moment et parce qu’ils croient que le monde fut alors créé. D’où la paraphrase chaldéenne de 1 R 8:2 (en traitant des fêtes de dédicace du temple construit par Salomon, célébré en la fête des Tabernacles au mois d’Ethanim) parle ainsi : « Dans le mois d’Ethanim, qui avant le temps de Moïse était appelé le premier, maintenant cependant le septième  » (cf. Walton, Biblia sacra polyglotta[1657], 2:440). Ici appartient le fait que les Égyptiens, les Perses et les autres nations orientales commencent leur année dès maintenant à partir de l’automne.

VIII. (5) Il convenait que le monde soit créé à la période de l’année la plus utile à l’homme (pour qui il a été créé), afin que lui et les autres animaux puissent recevoir ce qui était nécessaire pour se nourrir. Il n’y a rien de mieux que l’automne, quand les arbres sont chargés de fruits et de plantes lourdes de leurs graines pour la production des autres. Ainsi, bien que le printemps soit supérieur aux autres saisons de l’année en agrément, l’automne le surpasse en utilité. Encore une fois, comme Dieu a voulu créer l’homme et les autres animaux dans un état parfait, nous devons penser qu’il en a fait de même pour les plantes et les arbres (pour lesquels l’automne était sans doute plus propice que le printemps).

Sources d’explication.

IX. Quand nous disons que le monde a été créé à l’automne, cela ne doit pas être compris de toutes les parties du globe. Il ne pourrait pas arriver que partout (en même temps) ce soit le printemps ou l’automne, l’été ou l’hiver (parce que les saisons diffèrent en raison des hémisphères et des climats). Quand c’est l’été dans les régions antarctiques, c’est l’hiver dans l’Arctique ; quand le soleil commence à se retirer de l’Antarctique et à s’approcher de l’Arctique, c’est l’automne dans le premier cas et le printemps dans le second. Mais il faut comprendre la partie du monde dans laquelle Adam a été formé et (dans notre hémisphère) dans laquelle Moïse a écrit l’histoire de la création (puisque le soleil aurait dû commencer son cours à partir d’un des douze signes du zodiaque, soit du bélier[Ariete] au printemps soit de la balance[Balance] en automne).

X. Bien que le printemps représente un monde naissant et présente son enfance, il n’est pas de là bien déduit que le monde a été créé au printemps. Car, comme les œuvres de Dieu sont parfaites, elle aurait dû être créée dans un état parfait, non seulement comme naissante, mais comme parfaite dans toutes ses parties. On peut donc l’appeler l’image du monde naissant dans la nature constituée (in natura constituta) et dans la manière ordinaire de génération, mais pas dans la manière extraordinaire de création et dans la nature à être constituée (in natura constituenda).

XI. Que Dieu ordonne à la terre d’apporter des herbes et de l’herbe ne prouve pas nécessairement que cela a été fait au printemps. Car les arbres fruitiers devaient aussi porter du fruit selon leur espèce (ce qui ne pouvait se faire qu’à l’automne, à une époque où il n’était pas plus propice). S’il est absurde que la terre germe en automne (ce qui arrive pourtant souvent), il est plus absurde que chaque espèce d’arbre porte des fruits (qu’ils ne doivent produire qu’en automne).

XII. Nous ne pouvons nier que beaucoup d’anciens écrivains ont fait référence à l’origine du monde à l’époque du printemps.

Oui ! adorable printemps ! quand le monde est né,
Ton éclat génial s’est levé sur la terre,
Sous ta douce création d’air s’est développée,
Et aucun coup de vent sur la nature infantile n’a soufflé ;

-Virgil, Georgics 2.336-39 (Loeb, 1:138-39)

Ainsi, les astrologues ont communément fait référence aux débuts des mouvements célestes au premier point du Bélier. Scaliger lui-même confesse que les anciens tenaient le vingt-cinquième jour d’avril en grande estime parce qu’ils supposaient que le monde était alors créé et que le Christ était né et mis à mort ce jour-là (« Prolegomena », Thesaurus Temporum : Eusebii Pamphili[1606/1968], p.ii). Ainsi ils l’ont appelé le protoktiston hēmeran parce qu’ils croyaient que le premier des équinoxes a commencé à partir de lui. Mais si l’on examine les fondements sur lesquels ils se sont construits, il est évident que cette opinion se recommande davantage par la multitude des auteurs que par le poids de leurs raisons.

Turretin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s