Liste des articles sur l’Unité et la Trinité de Dieu selon Turretin.

Voici la liste des différents articles tirés du troisième chapitre des institutions de Turretin :

L’existence de Dieu peut-elle être irréfutablement démontrée contre les athées ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q1 Turretin]

Les athées peuvent ils être correctement nommés ainsi ? Nous le nions [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q2 Turretin]

Dieu en est-il un ? Nous affirmons contre les païens et les Trithéistes ( le fait de croire en 3 dieux ). [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q3 Turretin]

Le Nom Jehovah est-il réservé à Dieu seul ( à Christ ) et non aux créatures ? Nous affirmons contre les Sociniens [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q4 Turretin]

Peut-on vraiment distinguer les attributs divins de l’essence divine ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q5 Turretin]

La distinction des attributs entre communicable et incommunicable est-elle bonne ? Nous l’affirmons.[DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q6 Turretin]

Dieu est-il simple et libre de toute composition ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q7 Turretin]

Dieu est-il infini dans son essence ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q8 Turretin]

Dieu est-il immense et omniprésent ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q9 Turretin]

Dieu est-il Éternel ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q10 Turretin]

Dieu est-il immuable par essence et par volonté ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q11 Turretin]

Dieu connaît-il toute chose, de manière présente et future, sans limite ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q12 Turretin]

Le libre arbitre est-il soumis au décret divin ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q13 Turretin]

Dieu veut-il certaines choses nécessairement et d’autres librement ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q14 Turretin]

La volonté peut-elle être correctement distinguée dans la volonté de décret et de précepte ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q15 Turretin]

La volonté peut-elle être correctement distinguée en antécédent et conséquente, efficace et inefficace, conditionnelle et absolue ? Nous le nions. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q16 Turretin]

Peut-on assigner n’importe quelle cause à la volonté de Dieu ? Nous le nions. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q17 Turretin]

La volonté de Dieu est-elle la première règle de justice ? Nous la distinguons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q18 Turretin].

La justice punitive est-elle naturelle pour Dieu ? Nous l’affirmons contre les Sociniens. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q19 Turretin]

En quoi la bonté, l’amour, la grâce et la miséricorde diffèrent-ils les uns des autres ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q20 Turretin]

Qu’est-ce que la toute-puissance de Dieu ? Et s’étend-elle aux choses qui impliquent une contradiction ? Nous le nions. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q21 Turretin]

Qu’est-ce que la domination de Dieu, a t’elle plusieurs formes ? Un droit absolu et ordonné peut-il être accordé ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q22 Turretin]

Quelles sont les significations des mots « essence », « Trinité », « homoousion » etc ; et l’Église peut-elle les utiliser correctement ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q23 Turretin]

Le mystère de la Trinité est-il un article fondamental de la foi ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q24 Turretin]

Dans l’essence divine unique, y a-t-il trois personnes distinctes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q25 Turretin]

Le mystère de la Trinité peut-il être prouvé à partir de l’Ancien Testament ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q26 Turretin]

Peut-on distinguer les personnes divines de l’essence ? [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q27 Turretin]

Le Fils est-il vraiment Dieu ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q28 Turretin]

Le Fils de Dieu est-il engendré du Père de toute éternité ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q29 Turretin]

L’Esprit Saint est-il une personne divine, distincte du Père et du Fils ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q30 Turretin]

L’Esprit Saint a-t-il procédé du Père et du Fils ? Nous l’affirmons [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q31 Turretin]

L’Esprit Saint a-t-il procédé du Père et du Fils ? Nous l’affirmons [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q31 Turretin]

TRENTE ET UNIÈME QUESTION :
LA PROCESSION DE L’ESPRIT SAINT

 

L’Esprit Saint a-t-il procédé du Père et du Fils ? Nous l’affirmons.

 

I. De même que la génération (gennēsis) est attribuée au Fils, de même la procession (ekporeusis) est attribuée à l’Esprit-Saint – prenant la parole non seulement largement (comme signifiant « pour avoir son origine de quelqu’un » ; ainsi elle peut aussi être appliquée au Fils, à qui l’exodos et l’exeleusis sont attribués, car il est dit qu’il est sorti du Père [Jn 16:28], dans une marche éternelle [Mic. 5:1-2]), mais strictement (dans la mesure où elle désigne une émanation du Père et du Fils, distincte de la génération du Fils).

 

1. Énoncé de la question.

 

II. La question ne concerne pas la procession temporelle et extérieure (qui se termine sur les créatures par lesquelles l’Esprit Saint est envoyé pour nous sanctifier et rendre parfaite l’œuvre du salut) ; mais la question concerne la procession éternelle et intérieure (qui se termine intérieurement et n’est autre que le mode de communication de l’essence divine, c’est-à-dire celui par lequel la troisième personne de la Trinité a du Père et du Fils la même essence numérique que le Père et le Fils ont).

 

2. Comment la procession diffère d’une génération à l’autre.

 

III. On ne peut nier que cette procession diffère de la génération du Fils parce qu’il s’agit de personnes différentes qui sont liées les unes aux autres par leur origine. Mais la nature de cette distinction ne peut être expliquée et il est plus sûr d’en ignorer la nature que d’enquêter. C’est pourquoi Jean de Damas dit « qu’il y a une différence entre la génération et la procession, nous avons appris, mais quelle est la nature de la distinction que nous ne comprenons nullement » (Hoti men esti diaphora geneseōs kai ekporeuseōs ekporeuseōs memathēkamen, tis de tropos diaphoras mēdamōs, Exposition of the Orthodox Faith 1.8*[NPNF2, 9:9 ; PG 94.824]). Et Augustine : « Il y a une différence entre la génération et la procession, mais je ne sais pas les distinguer car les deux sont inexprimables » (Contra Maximinum 2*.14, PL 42.770). Je sais que les Scolastiques veulent tirer cette différence du fonctionnement de l’intellect (modum intellectus) – d’où son nom de Sagesse de Dieu ; mais la procession par la volonté (modum voluntatis) – d’où son nom d’Amour et Charité. Mais comme ceci n’est pas soutenu par l’Écriture, il enchevêtre donc plutôt qu’il n’explique la chose. Ils parlent avec plus de sagesse qui, bredouillant dans une affaire si difficile, place la distinction en trois choses : (1) en principe, parce que le Fils émane du Père seul, mais l’Esprit Saint du Père et du Fils ensemble. (2) Dans le mode, parce que le Fils émane par génération, qui se termine non seulement sur la personnalité, mais aussi sur la similitude (en raison de laquelle le Fils est appelé l’image du Père et selon laquelle le Fils reçoit la propriété de communiquer à une autre personne la même essence ; mais l’Esprit par la respiration, qui se termine seulement sur la personnalité et selon laquelle la personne précédente ne reçoit pas la propriété de transmettre cette essence à une autre personne). (3) Dans l’ordre, parce que comme le Fils est la deuxième personne et l’Esprit la troisième, la génération dans notre mode de conception précède la respiration (bien qu’ils soient vraiment coéternels).

 

3. Les Grecs et les Latins se disputent le principe de la procession.

 

IV. En ce qui concerne le principe de la procession, il y a une controverse célèbre entre les Grecs et les Latins qui, cependant, sont d’accord sur l’unité de la divinité et de la trinité des personnes. La question est de savoir s’il procède du Père seul ou du Père et du Fils. Les Grecs tenaient les premiers, les Latins les seconds. Les Grecs accusent les Latins d’ajouter au Credo de Nicée (expliqué à Constantinople) les mots filioque ; les Latins, pour leur part, accusent les Grecs d’insérer le mot monou dans l’article 7 du Credo athanasien (apo tou monou patros, voir PG 28.1581, 1585, 1587, 1589). Les églises de l’Est et de l’Ouest se disputaient souvent violemment à ce sujet. Enfin, au Concile de Florence (1439 ap. J.-C.), on parvint à un accord en déterminant que l’Esprit Saint procède du Père par le Fils. Mais les orientaux qui y ont souscrit se sont retirés de la transaction et persistent avec véhémence dans leur ancienne opinion.
V. Bien que les Grecs n’auraient pas dû être accusés d’hérésie en raison de leur opinion, et que cela n’aurait pas dû être l’occasion d’un schisme naissant ou continu, l’opinion des Latins peut néanmoins être correctement retenue comme plus agréable aux paroles des Écritures et plus vrai. (1) Le Saint-Esprit est envoyé du Fils aussi bien que du Père (Jean 16:7). Il doit donc s’en éloigner parce qu’il ne peut être envoyé par le Fils que s’il s’en éloigne. (2) Il est appelé l’Esprit du Fils aussi bien que le Père (Gal. 4:6). (3) Quoi que l’Esprit ait, il n’a du Fils rien de moins que du Père (Jean 16.13-15), et comme on dit que le Fils est du Père parce qu’il ne parle pas de lui-même, mais du Père (de qui il reçoit toutes choses), ainsi l’Esprit doit être dit et procéder du Fils parce qu’il écoute et parle de lui. (4) Il a soufflé le Saint-Esprit sur ses disciples à temps (Jean 20:22). C’est pourquoi il l’a soufflé de l’éternité ; car la procession temporelle présuppose une procession éternelle.
VI. Le Père et le Fils respirent le Saint-Esprit non pas comme deux principes différents (puisque le pouvoir respiratoire est le même dans les deux), mais comme deux êtres auto-existants (supposita) se rejoignent dans cette procession par le même pouvoir.
VII. Bien que l’on puisse dire que l’Esprit vient du Père (Jean 15:26), il n’est pas renié par le Fils. En effet, c’est implicite parce que la mission de l’Esprit lui est attribuée et que tout ce que le Père a, le Fils l’a également (Jean 16.15).
VIII. Puisque respirer la vertu est numériquement un dans le Père et le Fils, il n’est pas bon de dire qu’à cet égard l’Esprit procède du Père par le Fils (comme s’il était principalement du Père, mais accessoirement et moins principalement du Fils). Si l’on considère le mode de subsistance (selon lequel le Père est la fontaine de déité d’où émane le Fils), on ne dit pas indûment en ce sens qu’il doit procéder du Père par le Fils (quant à l’ordre et au mode de la procession).
IX. Si dans certaines croyances primitives l’expression filioque a été omise (prouvant la procession du Fils), c’est parce qu’à cette époque il n’y avait pas eu de controverse sur la procession de l’Esprit Saint. Pourtant, elle a été prudemment ajoutée par la suite en raison de l’augmentation des erreurs.

Turretin.

L’Esprit Saint est-il une personne divine, distincte du Père et du Fils ? Nous l’affirmons. [DIEU UNIQUE ET TRINITAIRE Q30 Turretin]

TRENTIÈME QUESTION :
LA DIVINITÉ DU SAINT-ESPRIT

 

L’Esprit Saint est-il une personne divine, distincte du Père et du Fils ? Nous l »affirmons.

I. De même que les antitrinitaires ne nient pas la personnalité, mais l’éternité du Fils ; de même ils ne portent pas atteinte à l’éternité, mais à la personnalité du Saint Esprit. Par conséquent, comme nous venons de prouver l’éternité du Fils, la personnalité de l’Esprit doit maintenant être démontrée.

 

1.Énoncé de la question.

 

II. La question ne concerne pas l’Esprit considéré essentiellement (ousiōdōs), au sens où Dieu est appelé « Esprit » (Jean 4,24), et la nature divine du Christ porte souvent ce nom (1 Tim. 3,16 ; 1 P 3,18, 19), car elle appartient également aux trois personnes. La question concerne plutôt l’Esprit considéré hypostatiquement (hypostatikōs) et désignant l’un d’entre eux de manière singulière.
III. La question n’est pas de savoir si l’Esprit, appelé Saint par excellence (kat’ exochēn), non seulement subjectivement (parce qu’il est très saint), mais aussi efficacement (parce qu’il nous sanctifie), est une chose ou une créature ou une vertu de Dieu (comme les autres attributs), pour cela les adversaires ne contestent pas. La question est plutôt de savoir s’il est une personne divine, non pas divisée, mais distincte du Père et du Fils. Les combattants contre l’Esprit (pneumatomatomachi), aussi bien les anciens que les modernes le nient, tandis que nous, nous l’affirmons.

 

2.L’Esprit Saint est une personne divine.

 

IV. Les raisons en sont les suivantes : (1) Diverses actions personnelles sont attribuées au Saint-Esprit (comme pour enseigner [Jean 14:26] ; pour témoigner [Jean 15:26 ; Rom. 8:16] ; pour révéler des choses futures [1 Tim. 4:1] ; pour chercher les choses profondes de Dieu [1 Cor. 2:10] ; pour les séparer et les envoyer au ministère par un ordre exprès [Es. 61:1 ; Actes 13:2 ; 20:28] ; pour créer [Gen. 1:2] ; pour rendre enceinte une jeune vierge enceinte [Lc. 1:35] ; d’exercer des opérations de toutes sortes et de conférer aux hommes des dons ordinaires aussi bien qu’extraordinaires –  » tous ces travaux que l’esprit unique et le même esprit, divisant à chacun individuellement comme il veut « [1 Cor. 12:11], où ce qu’il avait dit de Dieu, qu’  » il travaille toutes choses « [ho de autos esti Theos ho energōn ta panta, 1 Cor. 12:6], est ici appliqué au Saint Esprit [panta de tauta energei to hen qai to auto pneuma]. Cela ne pourrait pas être dit si le Saint-Esprit n’était pas une personne divine du même ordre et de la même vertu avec le Père). L’objection n’est pas valable non plus que les biens personnels sont souvent attribués aux choses, et pourtant les choses elles-mêmes ne doivent pas être considérées comme des personnes : comme au péché, qu’il trompe et tue (Rom. 7:11) ; à la loi, qu’il parle (Rom. 3:19) ; à la charité, qu’il croit et espère toutes choses (1 Co 13:7) ; au sang d’Abel, qu’il cria (Gen. 4:10). En effet, il est clair que les passages qui y sont évoqués ne désignent pas les causes principales de l’action, mais les moyens auxquels l’action de l’agent principal est subordonnée par un échange habituel qui lui est attribué. Car le péché ne peut ni tromper correctement (plutôt le diable par le péché) ni tuer activement (mais méritoirement). La loi ne parle pas correctement, mais le législateur parle dans ou à travers la loi. La charité (c’est-à-dire l’homme qui en est imprégné) croit. Le sang crie, pas efficacement mais objectivement. Ces choses, cependant, qui sont attribuées à l’Esprit Saint, appartiennent tellement aux personnes et aux êtres vivants que dans les Ecritures, elles ne peuvent être transférées à des choses inanimées.
V. Il n’y a pas mieux pour eux, qui parlent de personnification (prosopopopée) parce que le sujet d’une prosopopée est ordinairement une chose corporelle dépourvue de vie et de sens (comme lorsqu’on ordonne aux cieux d’entendre et aux rivières de battre des mains – ce qui ne concerne pas l’Esprit Saint). (2) Si l’Écriture avait parlé du Saint-Esprit au figuré en un lieu ou un autre, elle l’aurait expliqué ailleurs en des mots appropriés (ce qu’elle ne fait pas ; en fait, elle parle uniformément de lui ainsi). (3) Si l’opinion des adversaires est correcte, toute l’histoire évangélique peut facilement être transformée en allégories puériles, et les expressions concernant le Christ peuvent être transférées avec la même convenance à la vertu de sagesse. (4) Bien que certaines figures de rhétorique se retrouvent dans l’Écriture par rapport à d’autres choses, il ne s’ensuit pas que tout ce que nous lisons concernant l’Esprit Saint doive être compris de manière figurative et par une prosopopée. Une collation des passages prouvera facilement la disparité.
VI. Deuxièmement, parce qu’il est présenté non seulement comme distinct du Père et du Fils, mais aussi comme un autre et envoyé des deux (Jean 15.26 ; 16.7) ; cf. Jean 14.16-« Je prierai le Père, et il vous donnera un autre Paraclet ». Or, personne ne dira que celui qui a appelé un autre que le Père et le Fils et qui est envoyé par eux n’est pas une personne avec eux. Et le nom « Paraclet » qui lui est attribué (ce qui implique une charge personnelle dans le Christ dans la mesure où il agit comme notre intercesseur et notre patron en plaidant notre cause auprès du Père, 1 Jn. 2, 1) doit le désigner dans l’Esprit Saint – qu’il est personnellement le Paraclet du Père et du Fils pour nous (c’est-à-dire leur interprète) en exerçant envers nous le devoir du conseil et du consolation). Troisièmement, l’échange de genre enseigne ceci, en joignant au pneumatisé (qui est du genre neutre) le pronom masculin mieux adapté pour désigner une personne : hotan elthē ekeinos to pneuma tēs alētheias (Jn. 16:13). Dans Eph. 1:13, 14, on dit que nous sommes scellés par « l’Esprit Saint de la promesse » (tō pneumati hagiō hos estin arrabōn). Il n’y a aucune raison pour laquelle un tel changement devrait être apporté dans l’Écriture, si ce n’est que la personne du Saint-Esprit peut ainsi être désignée plus clairement.
VII. Troisièmement, parce qu’il est d’accord avec le Père et le Fils (qui sont sans aucun doute des personnes distinctes) avec un pouvoir, une autorité et une vertu égaux pour sceller les croyants et conférer des avantages à l’Église. C’est ce qui ressort de la formule prescrite du baptême (Mt 28,19), de la bénédiction apostolique (2 Co 13,14) et du témoignage concernant le Christ (1 Jean 5,7) (ce qui ne pourrait être le cas que s’il était une personne distincte d’eux et dans la même condition et autorité avec eux). Les objections des adversaires ont été discutées précédemment (dans la Question concernant la Trinité).
VIII. Quatrièmement, parce qu’il est apparu sous une forme visible (comme dans le baptême du Christ, sous la forme d’une colombe[Mt. 3:16] et le jour de la Pentecôte, sous la forme de langues qui semblaient aux apôtres biondées comme un feu assis sur eux[Actes 2:3]). Il appartient aux personnes (et non aux attributs ou accidents) de prendre des formes visibles et d’apparaître dans ou avec ou sous ces formes. Sans absurdité, personne ne peut non plus dire que la justice ou la miséricorde de Dieu ou toute autre vertu se manifeste par une forme visible. Il ne faut pas non plus objecter que tout ce qui apparaît n’est pas en soi subsistant puisque les accidents apparaissent et ne subsistent pas en soi. Car s’il est vrai que les accidents frappent immédiatement l’œil, ils supposent toujours un substrat ou une personne. Sous cette forme visible, il devait donc y avoir une certaine subsistance (que le texte affirme être l’Esprit Saint et qui se distingue expressément des personnes du Père et du Fils dans le baptême du Sauveur). On ne peut pas non plus dire que les langues de feu doivent être limitées aux dons de l’Esprit Saint. Le texte établit une distinction claire entre l’Esprit et ses dons : « Ils commencèrent à parler en d’autres langues, comme le Saint-Esprit dont ils étaient remplis leur « donnait la parole » (Actes 2:4).
IX. Cinquièmement, parce qu’il y a un péché contre le Saint-Esprit. C’est pourquoi il est fait mention des Israélites qui ont affligé l’Esprit de sainteté (Es. 63:10) ; et du blasphème contre le Saint-Esprit comme un péché impardonnable (Mt. 12:31, 32) ; et d’Ananias et Sapphira qui auraient menti au Saint Esprit (Actes 5:3) – d’où ils ont immédiatement payé le prix de leurs crimes. Maintenant, celui contre qui nous péchons doit être une personne divine. Car de même que Dieu seul est l’objet d’adoration et de louanges, de même lui seul est l’objet du péché. Et de même que le blasphème dirigé contre le Père et le Fils suppose qu’ils sont des personnes, de même le blasphème contre le Saint Esprit. C’est d’autant plus évident que le blasphème contre l’Esprit Saint est considéré comme un crime beaucoup plus grave, puisqu’il est impardonnable – capable d’être remis ni dans ce monde ni dans celui qui est à venir, c’est-à-dire jamais (selon l’interprétation de Marc). Cela ne pourrait pas être dit s’il n’était pas une personne. Or, bien que dans l’Écriture il soit dit que certaines choses sont blasphémées qui ne sont pas des personnes (comme « notre bien », Rom. 14:16 ; « doctrine », 1 Tim. 6:1 ; « la parole de Dieu », Tit. 2:5 ; « la voie de la vérité », 2 P 2:2) ; il ne s’ensuit pas que l’on puisse dire la même chose de l’Esprit, parce qu’on dit toujours que les choses sont blasphémées relativement à Dieu lui-même. Ainsi le blasphème de notre bien est une offense contre Dieu lui-même de qui nous recevons ce bien ; le blasphème de la doctrine et de la parole s’étend à Dieu, leur auteur. Mais c’est différent avec le blasphème contre l’Esprit Saint parce qu’il se distingue expressément de celui contre le Père et le Fils.
X. On dit faussement qu’Ananias a menti au Saint-Esprit comme un don de Dieu (possédé par Pierre) et non comme une personne divine. Car personne ne peut mentir à personne d’autre qu’à une personne intelligente et vivante. C’est pourquoi Pierre dit : « Tu n’as pas menti aux hommes, mais à Dieu » (Actes 5:4), c’est-à-dire en mentant au Saint Esprit. Ceci est expliqué dans Actes 5:9 en tentant (à peirazesthai) le Saint-Esprit (qui ne peut être dit que d’une personne). Et bien que pseudesthai avec l’accusatif signifie plutôt « falsifier et tromper » que « mentir » (ce qui ne peut être dit absolument, puisque ce verbe est joint non seulement au datif mais aussi à l’accusatif dans le même sens, Prov. 14:5 ; Est. 57:11), il en vient toujours à la même chose (puisqu’il doit être une personne que les autres désirent tromper au même titre que celui à qui ils s’efforcent de mentir).
XI. Sixièmement, la distinction entre le Saint-Esprit et ses dons (si souvent tirés) le prouve. Car pourquoi l’Écriture ferait-elle une telle distinction si soigneusement si l’Esprit n’était rien d’autre qu’un don de Dieu ? Il est vrai en effet que l’Esprit est parfois mis pour ses dons, mais il est évident aussi qu’il est ailleurs expressément distingué d’eux comme leur auteur et cause efficace : « Il y a des diversités de dons, mais le même Esprit » (1 Co 12, 4) ; « A l’un est donné par l’Esprit la parole de sagesse ; à un autre, la parole de connaissance » (1 Co 12, 8) ; « Tout cela fait qu’un et le même Esprit, divisant à chacun individuellement comme il veut » (1 Co 12, 11). Et pour que personne n’imagine que c’est une vertu ou une puissance de Dieu lui appartenant en tant qu’attribut, l’Écriture distingue la puissance (dynamine) de l’Esprit : « Jésus est revenu du désert par la puissance de l’Esprit » (Lc. 4,14) ; « vous recevrez, » dit le Christ, « la puissance de l’Esprit Saint venant sur vous » (Actes 1,8). Dans ce dernier, le pouvoir (dynamis) désigne l’effet, mais l’Esprit est cause et source (c’est-à-dire une personne dotée de ce pouvoir qu’elle déverse sur les autres).

 

La divinité du Saint-Esprit peut être prouvée : (1) des noms.

 

XII. Maintenant que l’Esprit Saint n’est pas seulement une personne, mais une personne divine, les quatre arguments par lesquels nous avons prouvé que les noms, les attributs, les œuvres et le culte de Dieu lui sont attribués peuvent être incontestablement démontrés. Les noms, en effet, parce que ce qui est dit de Jéhovah des armées (Es 6:9) est appliqué à l’Esprit Saint : Le Saint-Esprit parla au prophète Ésaïe en disant :  » Va vers ce peuple  » (Actes 28:25, 26). Celui qui est appelé l’Esprit de Dieu est immédiatement après dit être Dieu et le Rocher d’Israël : « L’esprit de l’Éternel m’a parlé, et sa parole était dans ma langue. Le Dieu d’Israël dit : Le Rocher d’Israël m’a parlé » (2 S. 23:2, 3). Il est dit ici qu’Ananias a menti à Dieu parce qu’il a menti au Saint-Esprit (comme nous l’avons vu auparavant) ; aussi que les croyants sont considérés comme des temples du Dieu vivant parce qu’ils sont les temples du Saint-Esprit qui demeure en eux : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? » (1 Co 3, 16 ; 6, 19). Et puisque le temple et la divinité sont liés, il ne peut qu’être Dieu dont on dit que nous sommes le temple. Cela ne doit pas non plus être compris seulement de sa présence ou de sa demeure, car tout ce qui est dit être habité n’est pas pour cela des temples, et nous ne sommes jamais appelés temple de la parole divine, qui doit cependant demeurer en nous en grande partie. Mais un temple implique nécessairement une relation avec le culte religieux de celui à qui il est érigé. D’où Augustin : « Si nous commettons un sacrilège en construisant un temple pour une créature, comment n’est-il pas le vrai Dieu à qui nous ne construisons pas un temple, mais à qui nous sommes nous-mêmes ? » (Collatio cum Maximino, PL 42.722).

2. D’après les attributs.

 

XIII. Deuxièmement, les attributs divins lui appartiennent. L’éternité, parce qu’il était déjà au commencement de la création, car « il se mouvait sur la face des eaux » (Gn 1, 2). Celui qui a précédé la création de toutes choses n’est pas lui-même créé et est donc éternel. Omniprésence et immensité : « Où irais-je loin de ton Esprit ? » (Ps 139,7, 8). Qu’il s’agisse de la présence de son essence et non seulement de sa vertu a déjà été prouvé dans la question concernant l’immensité de Dieu. « L’Esprit Saint habite en vous  » (1 Co 3, 16), non seulement par son efficacité, mais aussi par son essence, car il est là comme Dieu dans son temple. L’omniscience, parce qu’il cherche les choses profondes de Dieu, pas efficacement parce qu’il nous fait chercher. Il ne nous appartient pas de chercher les choses profondes de Dieu (ta bathē tou Theou, 1 Cor. 3:16) de peur que nous ne soyons submergés par sa gloire (Prov. 25:27) ; mais subjectivement et formellement parce qu’on dit qu’il a la même relation aux choses de Dieu que l’esprit des hommes aux choses des hommes (chercher correctement et formellement les choses intérieures de chacun par opérations réflexives). Le dessein de l’apôtre nous y conduit, qui est de prouver que l’Esprit de Dieu (omniscient et cherchant toutes choses) peut seul nous révéler certainement les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment (qui autrement n’ont ni vu, ni entendu, ni entré dans le cœur des hommes, 1 Co 2:9). Maintenant, on dit qu’il cherche, non pas en demandant (ce qui impliquerait un certain doute), mais en pénétrant (tout comme on dit que Dieu sonde le cœur et les reins). C’est ici qu’il est dit « d’annoncer les choses futures » (Jean 16.13), qui appartient à Dieu seul ; et que les prophètes, qui prédisent les choses futures, ont parlé par lui (2 P 1.21). Omnipotence, parce qu’il est appelé le « pouvoir du Très-Haut » (Lc. 1,35), non pas simplement essentiel, mais personnel. La vie, parce qu’il est un Esprit vivifiant (1 Cor. 15:45) qui vivifie nos corps mortels (Rom. 8:11).

 

3. Du travail.

 

XIV. Troisièmement, les œuvres de la nature et de la création (Gn 1, 2 ; Ps 33, 6) ; la conservation et le gouvernement (Ps 104, 30) ; l’œuvre des miracles (Mt 12, 28 ; 1 Co 12, 4) et de la grâce ; la conception du Christ (Lc 1, 35) ; l’onction et la mission (Es 61, 1) ; la remise des péchés et la régénération (1 Co 6, 4) 6:11 ; Jean 3:5) ; le gouvernement de l’Église (Actes 13:2 ; 15:28 ; 20:28) ; la prévision des événements futurs (Jean 16:13 ; Actes 11:28) ; l’octroi de dons (1 Co 12:7) ; l’illumination (Ep 1:17, 18) ; la sanctification (2 Thess 2:13 ; 1 Pierre 1:2) ; la résurrection des morts (Rom 8:11).

 

4. Du culte.

 

XV. Quatrièmement, l’adoration divine lui est donnée parce que nous sommes baptisés en son nom ainsi qu’en celui du Père et du Fils. Dans le Credo des Apôtres, il nous est ordonné de croire en lui ainsi qu’au Père et au Fils. Nous cherchons de lui la grâce, la paix et d’autres bienfaits, rien de moins que le Père et le Fils (2 Corinthiens 13:14). Dans Apocalypse 1:4, la grâce et la paix sont recherchées « auprès des sept esprits qui sont devant le trône ». Le Saint-Esprit n’est donc pas représenté par rapport à la personnalité (qui est une seule), mais par rapport à la variété septuple (c’est-à-dire multiple) des dons qu’il accorde aux croyants. Le nombre sept est utilisé, non seulement en raison de sa perfection, mais en allusion aux sept églises auxquelles il a écrit (afin d’induire qu’il déversera sur elles des pluies abondantes de ses dons, comme si un seul esprit était donné à chaque église). On ne peut pas non plus dire que ces sept esprits ne signifient pas une personne, mais qu’ils expriment le moyen par lequel l’apôtre veut que la grâce et la paix viennent du Père. Car il cherche la grâce des esprits de la même manière que du Père (des esprits[apo pneumatōn] comme principe et cause). Ainsi, parce que nous sommes le temple du Saint-Esprit, Paul conclut que nous devons glorifier Dieu dans notre corps et dans notre âme, qui sont ceux de Dieu (1 Co 6, 20). Quel Dieu (c’est-à-dire ce Dieu dont nous sommes le temple, non pas à l’exclusion du Père et du Fils, mais désignant économiquement l’Esprit Saint, qu’invoquer, c’est glorifier). C’est pourquoi l’Esprit qui parle par les prophètes est invoqué par l’Eglise : « Seigneur, tu es Dieu, qui as fait les cieux et la terre, et qui, par la bouche de ton serviteur David, a dit :  » (Actes 4:24, 25). Par cet exemple, l’ancienne église l’invoquait toujours dans l’hymne du Saint-Esprit :  » Viens, Esprit Créateur  » et  » Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit « .
XVI. Si l’Ecriture mentionne moins souvent l’adoration et le culte de l’Esprit Saint, ce n’est pas parce qu’il ne doit pas être adoré également avec le Père et le Fils (car il ne manque ni préceptes ni exemples de cette adoration) ; mais parce que dans l’économie du salut (qui répond à l’ordre des personnes) le Père travaille par le Fils et le Fils par le Saint Esprit, la gloire de la déité qui découle de l’adoration est portée par le Saint Esprit qui, dans le cœur des croyants, fait prier le Père par le Fils, excite les prières du Père, à travers lui, à titre de Médiateur. C’est pourquoi il est plus souvent présenté comme l’auteur et le principe des prières que comme l’objet vers lequel elles peuvent être dirigées (comme celui qui invoque plutôt[c’est-à-dire nous fait invoquer] que celui qui peut être invoqué).

 

5.Sources d’explication.

 

XVII. Un don de Dieu considéré essentiellement (ousiōdōs) ne peut pas être Dieu ; mais cela n’empêche pas le don de Dieu pris personnellement d’être une personne divine (tout comme le Christ, qui est une personne divine, est néanmoins appelé le don de Dieu, Jean 3:16 ; 4:10 ; Is. 9:6). Ainsi l’Esprit Saint peut être appelé le don de Dieu. Cela n’implique pas non plus toujours une contradiction d’être à la fois don et don de soi, puisque le Christ s’est donné lui-même pour nous et à nous pour le soutien de notre vie éternelle : « Le pain que je donnerai est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde » (Jn 6, 51).
XVIII. Si certaines choses sont parfois attribuées à l’Esprit Saint qui semblent moins propres à une personne (car nous sommes oints, baptisés et remplis de lui ; qu’il est répandu par Dieu et donné à nous), il faut comprendre ses dons en nous. Cependant, la vérité de sa personne demeure (tout comme on dit que le Christ est revêtu, reçu et mangé par nous, et qu’il nous est donné par Dieu sans préjudice de sa personnalité).
XIX. Les dons (merismoi) de l’Esprit Saint (Hébreux 2:4) ne signifient pas tant des partages (passifs) de l’Esprit, que des distributions (actives) des dons mentionnés par l’Esprit qui distribue ses propres dons à qui il veut (1 Co 12:11). Par conséquent, bien que nous reconnaissions une distribution des dons de l’Esprit, nous nions une division ou une partition de la personne de l’Esprit (qui est indivise en elle-même et divisée de toute autre).
XX. De même que l’Esprit Saint est souvent mis par métonymie pour ses dons, ainsi on dit qu’il est augmenté ou diminué non par rapport au principe mais par rapport aux dons qu’il disperse parmi les hommes. C’est ainsi qu’il est dit que Dieu a pris du même Esprit qu’il avait donné à Moïse (c’est-à-dire des mêmes dons et de la même grâce qui étaient nécessaires au gouvernement de la république) qu’il pouvait donner aux soixante-dix anciens pour qu’ils portent une partie du fardeau (Nombres 11:17). Elisée cherche pour lui-même un double esprit (2 R 2,9, c’est-à-dire qu’il fait deux fois plus de grâces que les autres prophètes ou une double part des dons de l’Esprit[c’est-à-dire une grande abondance] pour lui permettre d’accomplir le grand et difficile devoir qui lui est demandé). Si cela est appelé « la puissance et l’esprit d’Elie » (Lc. 1,17), il ne doit pas être compris à l’origine, mais subjectivement parce qu’il réside en Elie.
XXI. Le vrai Dieu ne peut être envoyé par ordre parce qu’il ne reconnaît aucun supérieur ; mais il peut être envoyé par consentement (ce qui dénote la diversité des fonctions, certes, mais pas d’essence). Le Fils et l’Esprit sont envoyés de la dernière manière, pas de la première.
XXII. L’Esprit Saint n’était pas devant la glorification du Christ (Jean 7.39) – non pas simplement et absolument, comme s’il commençait à être selon sa personnalité (kath’ hypostasin) (le contraire que ses effets démontrent), mais relativement, en raison de l’effusion plus abondante qui allait se produire ensuite, sur les apôtres et les autres.

Turretin.