[SECTES ET FAUSSES RELIGIONS] Témoins de Jéhovah. (1/3)

Nous abordons ici notre premier cas, le cas des témoins de Jéhovah. Si des témoins de Jéhovah nous lisent, nous vous invitons à lire cette première partie avec objectivité, nous vous aimons, c’est la raison de notre véracité.

Très brièvement, nous allons relater quelques éléments de l’origine de cette secte et de ses personnages clefs. Cette étape est cruciale avant de passer à la deuxième partie qui aura pour objet le dogme (leurs croyances). Bien situer la secte dans l’histoire permet de mieux comprendre leurs erreurs, leurs tendances, leurs origines.

La théologie des Témoins de Jéhovah est basée sur les écrits de Charles Taze Russell (1852-1916). Regardons un peu son histoire ensemble :

Charles Taze Russell, la racine :

Russell a grandi dans un milieu presbytérien en Pennsylvanie et fut particulièrement troublé par la doctrine calviniste de la prédestination et de la damnation éternelle. Il prit ses distances avec le christianisme à l’âge de 17ans, se déclarant à cet époque, sceptique. Il ne croyait ainsi ni dans les croyances humaines, ni dans les églises.
C’est en 1870 qu’il entendit un prédicateur de la mouvance « Second Adventists », [c’est en gros les adventistes du 7ème jour fondé à la suite de fausses prophéties de Miller par Ellen G. White (1872-1915). Miller avait prédit que Christ reviendrait en 1844 … Ellen White déplaça le curseur en 1873 … ] Bref … Russell était lui aussi convaincu que Christ reviendrait en 1873-1874.
Et en 1874 ? On ne va pas vous l’apprendre, Christ n’avait toujours pas réalisé son retour visible. C’est alors qu’en 1876, Russell rencontre N.H. Barbour, un prédicteur Adventiste. Ils étaient tous deux convaincus que Christ était revenu en 1874 de manière invisible et spirituelle … [ Ca me rappelle une nana qui était convaincue de sa prophétie, elle dit à une sœur « Je suis convaincu que ton enfant sera un garçon », l’échographie passe, on détecte une fille, la nana revient disant « attends qu’il sort, tu verras ça sera un garçon », la femme accouche, une fille apparaît ! La nana s’est alors convaincue en elle-même, madame « la fausse prophétesse » se dit  « Ah ! Ca sera un garçon manqué ! » . Qui peut lui expliquer qu’elle s’est lamentablement plantée ? Et qu’elle ne veut pas se l’avouer ?]  C’est à ce moment-là qu’ils créeront le magazine « The Herald of the Morning » pour tenter d’exposer leurs théories.
En 1879, Russell se sépare de Barbour à cause d’un contentieux théologique sur l’expiation de Christ. Il publia à la suite de cela cette fameuse revue « Zion’s Watch Tower » [la Tour de Garde de Sion] et « Herald of Christ’s Presence ». Ce fut son moyen pour rependre ses premières idées, sa propagande. En 1880, une trentaine d’églises se créeront dans 7 Etats américains. Russell se mariera avec l’une de ses étudiantes en 1879, Maria F. Ackley et divorcera en 1897 [rassurez-vous, je n’ai pas trouvé dans mes sources un rapport à la prophétie.]

En 1881, la société de la Tour de Garde de Zion voit le jour. Et c’est en 1884 que commença le début de la tractation de la Tour de Garde de Sion et de la Bible de la société. Douze ans plus tard, Russell abandonne le terme Zion, et nomma officiellement son magazine, « la Tour de garde ». Entre temps ? Il se mit à s’intéresser au grec et à l’hébreu sans pour autant jamais maîtriser les langues bibliques, il se servait de lexiques et de dictionnaires [C’est vachement rassurant de traduire une Bible sans maîtriser le grec et l’hébreu. On en a encore quelques-uns qui s’y attèlent aujourd’hui, comme un certain Shora .. Des types qui n’ont jamais fait d’hébreu et de grec mais qui te traduise la Bible … franchement comment on peut suivre de tel type ?] En 1886 il publie « Millennial Dawn » qu’on appellera plus tard « Studies in the Scriptures », une série qui atteindra 7 volumes. Ce qui est assez invraisemblable c’est que sa société grandit, il s’implante un peu partout dans le monde (Londres en 1900, Australie en 1904). C’est en 1908 qu’il déplace son siège à New York, Brooklyn.

Des affaires louches sur Russell, il y en a pas mal, un jour il rédigea un papier déclarant qu’il vendait un blé qui poussait 5 fois plus vite que les autres … Le revenu du produit devait revenir à la Société Watchtower afin de financer la publication en cours de sermons et d’enseignements de Russell … Un procès fut entamé à son encontre, le gouvernement américain s’en est mêlé et a enquêté sur le blé, puis a découvert que le blé était en réalité une marque inférieure. Le témoignage du gouvernement dans le procès a entraîné la défaite de Russell [vous pouvez consulter le Brooklyn Daily Eagle du 1er janvier 1913, qui évoque Russell concernant son « blé miraculeux », lorsqu’un type vous dit d’acheter son T.Shirt béni de l’huile de Jérusalem … qui attire les filles … s’il vous plait ! Rassurez-moi ! Personne l’achètera hein ? ].

Il s’était fait la réputation d’être un savant parmi ses fervents défenseurs, il serait familier avec les langues bibliques et légitimement ordonné dans le ministère public. Pourtant ? Comme par étonnement ? Lors d’un procès [encore un, avec le révérend Ross], celui-ci était dans l’incapacité de traduire une phrase grecque, dans l’embarra, il avoua enfin qu’il ne savait pas lire le grec.

Joseph Franklin Rutherford, le fruit de l’arbre.

Russell décéda le 31 octobre 1916 alors qu’il était à bord d’un train à Pampa, au Texas. Joseph Franklin Rutherford (1869-1942) prit sa place. C’est lui qui enseigna que le message spécial de la Bible était la justification du nom de Dieu – Jéhovah. Tous ceux qui adorent au nom de Jéhovah sont de vrais adorateurs [C’est tout de même problématique … Jéhovah n’apparaît pas en grec dans le Nouveau Testament … avec cet logique, les évangiles, les lettres du NT ne sont pas amenées à adorer le vrai adorateur.]

C’est ce Joseph Franklin Rutherford qui utilisa ses sermons pour la condamnation imminente de ceux qui n’embrassaient pas les enseignements de Jéhovah Dieu et de la Watchtower. C’est également lui qui centralisa le système, jusqu’à présent plus ou moins démocratique, en système « théocratique » [ Ce qui veut dire que ça serait Dieu qui mènerait la barre de leur mouvement, et bien évidement, Joseph Franklin en serait le prophète]. En gros, ils ont passé leur vie à détruire le système catholique, pour former à leur tour, un « Vatican » dans leur bureau à Brooklyn.

Vous ne le savez peut-être pas mais le mouvement a également connu des divisions internes importants au sein de leur « théocratie ». C’est cette division qui a fait qu’en 1931 on a appelé le groupe majoritaire les « Témoins de Jéhovah ». [Un groupe qui prétendait préserver la théologie de base du pasteur Russell a formé l’Association des Étudiants de la Bible Dawn. D’autres ramifications de ce mouvement sont connues sous le nom de Mouvement Standfast, Mouvement Paul Johnson (rebaptisé plus tard Mouvement des Missionnaires de la Maison des Laïcs), Mouvement de la Voix Elie, Société de l’Aigle et Institut Biblique Pastoral de Brooklyn.]

Joseph Franklin a également cumulé les prophéties non réalisées, du type « le royaume de Dieu arriverait en 1925 ». Il déclara encore que le royaume invisible avait en réalité commencé en 1914 plutôt qu’en 1874 … Après Joseph Franklin, c’est Nathan Homer Knorr (1905-1977), le nouveau pape de la Watchtower qui prendra la suite. Et cette fois-ci, comme il est coutume dans la maison, le nouveau bureau prédit que le Christ reviendrait en 1975, pour établir un paradis terrestre.

Conclusion.

On est en 2018 et avant qu’on passe à la deuxième partie ( sur l’aspect du dogme) on aimerait que les témoins de Jéhovah qui nous lisent comprennent qu’ils se font complétement duper dans leur théocratie humaine, par ce blé qui pousse 5 fois plus vite que les autres, par ces prophéties non réalisées, par la manipulation qu’on exerce sur vous, nous vous le demandons avec paix et respect, réveillez-vous !

Pour les chrétiens qui nous lisent, nous vous bénissons dans la démarche qui est votre, de mieux connaître ceux qui nous entourent, pour mieux annoncer le Salut.

I.O.

Sources les plus importantes utilisées : Nichols, L. A., Mather, G. A., & Schmidt, A. J. (2006). In Encyclopedic Dictionary of Cults, Sects, and World Religions Grand Rapids, MI: Zondervan.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s