Pourquoi ce blog ?

Éveiller, enseigner et former.
La Parole et la vie de l’Esprit

Ce blog a pour objectif d’éveiller, d’enseigner et de former des chrétiens francophones, de connecter le renouvellement de l’intelligence avec une vie de l’Esprit.

J’aimerais apporter ma passion pour les Écritures mais également partager ma fougue pour vivre un réveil dans notre pays.

Dépose ta couronne

D’une couronne d’épines à une couronne de gloire

 


 

La couronne est un objet qui suscite dans envies, de la jalousie, une position de première place. Pour l’acquérir, certains seraient prêt à tout, tirer la couverture vers soi sans en laisser un tissu à l’autre. Christ nous parle cependant bel et bien de couronnes et Il nous donne une toute autre manière de se l’acquérir.

 

Une couronne d’épines, pour une couronne de gloire.

 

Voici deux textes, l’un qui parle du couronnement des hommes sur la terre et l’autre qui parle du couronnement Éternel dans le ciel.

Jean 19.2-5

Les soldats tressèrent une couronne d’épines qu’ils mirent sur sa tête, et le revêtirent d’un manteau de pourpre ;
Puis, ils s’approchaient de lui et disaient : Salut, roi des Juifs ! Et ils lui donnaient des gifles.
Pilate sortit de nouveau et dit aux Juifs : Voici, je vous l’amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve aucun motif (de condamnation) en lui.
Jésus sortit donc, portant la couronne d’épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : Voici l’homme !

Suivi de Jean 19.19

Pilate fit aussi un écriteau qu’il plaça sur la croix. Il y était inscrit : Jésus de Nazareth, le roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, parce que l’endroit où Jésus fut crucifié était près de la ville : l’inscription était en hébreu, en latin et en grec.

A comparer avec Apocalypse 19.11-16

Puis je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc. Celui qui le monte s’appelle Fidèle et Véritable, il juge et combat avec justice.
Ses yeux sont une flamme de feu ; sur sa tête (se trouvent) plusieurs diadèmes ; il porte un nom écrit, que nul ne connaît, sinon lui,
Et il est vêtu d’un manteau trempé de sang. Son nom est la Parole de Dieu.
Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues de fin lin, blanc et pur.
De sa bouche sort une épée tranchante pour frapper les nations. Il les fera paître avec un sceptre de fer, et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout-Puissant.
Il a sur son manteau et sur sa cuisse un nom écrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

[Pour ceux à qui ça intéressent, vous pouvez lire Marc 15.17 et Matthieu 27.29]

Un couronnement d’épines.

 

Le couronnement d’épines est tenté d’être interrompu par Pilate, un païen romain, qui ne connaissait rien de la Loi de Dieu, là où le peuple juif, les mieux placer pour recevoir leur Messie, s’est empressé de crier « crucifie le ! » (Jean 19.15).

Le jugement est ainsi tombé sur le Fils afin de sauver Sa créature. L’Écriture Sainte le précise bien en Jean 19.14, c’était la préparation de la Pâque, telle une préparation pour le futur Agneau Immolé.
Le jugement tomba tout aussi sur le peuple qui a vu son temple détruit une génération plus tard. La destruction du temple en 70 fut détruit 40 ans après le commencement du ministère de Jésus (il avait 30 ans), le temps d’une génération. Car effectivement autre part dans la Bible en Exode, il est dit qu’il fallut 40 ans à Israël dans le désert pour former une nouvelle génération, 40 ans correspondant ainsi à une génération dans la Bible.

Le mépris fut jeté sur le Verbe, celui qui créa toute chose par Sa Parole « λόγος τοῦ θεοῦ » (la Parole de Dieu). Une couronne d’épine faite d’acanthe, une herbe épineuse qui pousse en Palestine ou encore peut être à base de Phoenix dactylifera, un dattier, qui symbolisait le calendrier au temps de l’Egypte Antique. Car oui le temps du Salut est à ce moment de l’histoire de l’humanité bientôt ouvert. Les hommes ont voulu créer une imitation d’une couronne royale, une imitation pour se moquer et jeter une humiliation sur ce que Pilate appellera « le roi des juifs ». Une couronne d’épines qui avait pour but de causer de la douleur, en raclant et blessant la tête du porteur.

Un Roi maltraité par les hommes, proclamé roi d’un seul peuple par Pilate, va revenir revêtu de son couronnement céleste juger Sa Création Universelle !

Un couronnement de gloire.

 

Car tandis que les hommes L’ont couronné d’épines, Celui-ci reviendra avec une couronne de diadèmes ( Apocalypse 19.12), Celui qui est monté à Jérusalem avec une ânesse, reviendra dans Sa ville avec un cheval blanc. Celui qui fut accusé de malfaiteur ( Jean 18.30) reviendra nommé Fidèle et Véritable ( Apo 19.11). Celui qui fut frappé et battu de verges ( Jean 19.1), reviendra avec des yeux de feu, enveloppé d’un manteau de pourpre ( Jean 19.2), Il reviendra d’un vêtement teint de sang.

Son Nom est la Parole de Dieu !

Les millions de myriades d’anges qui devaient hurler « Un mot ! Et nous te défendrons ! » Tous déchirés de voir l’Être suprême se faire gifler par des impies, des pêcheurs assoiffés d’animosité, «  Un mot ! Et nous les exterminons ! » devaient supplier les anges devant une telle abomination ! Des pleurs mêlés de cris devaient raisonner dans tout le ciel ! Puis ?! Un lourd silence. Le même qu’en Apocalypse 5.2. Le ciel s’est tu, comprenant que YHWH était descendu pour sauver Sa créature. De la même manière que Jean pleura en Apocalypse 5.4 pensant que personne ne fut trouvé digne d’ouvrir le livre ni de le regarder, le vieillard lui répondit : Ne pleure pas, le lion de la tribu de Juda a vaincu. Et il est vrai, que Christ lors de son couronnement d’épines était prêt de la victoire sur le péché et sur le diable, Le seul candidat pour ouvrir le livre.

Il reviendra frapper les nations de son épée aiguë. Lui qui fut frappé avec une verge, Il reviendra avec la verge de fer (Jean 19.15), animé de l’ardente colère de Dieu qui ne s’abattra plus sur lui-même…  Mais sur tous ceux qui refuseront de la proclamer Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Jean 19.16). Le romain qui perça le Fils de l’Homme de sa lance ne comprit pas que l’eau et le sang étaient signes de jugements. Ils sont jugements pour tous ceux et celles qui n’acceptent pas d’être plongés et recouverts du Sang de l’Agneau. Pour tous ceux et celles qui n’acceptent pas d’être baptisés par l’eau pure de la régénération produite par l’Esprit Saint.

Conclusion :

Quand est-il de nous ? Quelle couronne croyons-nous porter ? Si les 24 vieillards, symbolisant les 12 tribus d’Israël (l’ancienne Alliance) et les 12 apôtres (la nouvelle alliance). Revêtus de vêtements blancs et de couronnes d’or sur leurs têtes (Jean 4.4), se prosternèrent devant Celui qui était assis sur le trône ( Jean 4.10), jetant leur couronnes devant le trône en s’acclamant : Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance, car tu as créé toutes choses, et c’est par ta volonté qu’elles existent et qu’elles ont été créées. A combien plus forte raison il nous est bon de jeter notre couronne loin de nous ?

N’attends rien des hommes, ils ont couronné le Maître de l’Univers d’épines, attends toi à Lui, car Il reviendra dans Sa Gloire, les hommes te loueront pour un temps, puis te crucifieront à un autre moment, choisit plutôt d’être couronner par Celui qui Vient !

Pilate a su prophétiser en 19.5 « Voici l’homme ». Apocalypse 22.7 lui réponds en prophétisant « Et voici, je viens bientôt ».

Dépose ta couronne.

I.O